Page 2 sur 2

Re: Helvella.

Posté : 07 avr. 2019, 11:14
par Jplm
Je me moque un peu (c'est la fête aux Jean-Baptiste*) mais bien sûr que les salmonidés peuvent remonter certains passages de ruisseaux à pied sec, si je peux dire.

Jplm


* C'est du moins ce que disait le monsieur de Météo-France tout à l'heure, mais il y a tellement de Saint-Jean dans l'année. Renseignements pris, le 7 avril ce serait Jean-Baptiste de la Salle... mais aussi, entre autres, les Albert, les Calliope, les Clotaire ou les Aphraate. Quand je pense au boulot qu'on va avoir pour souhaiter leur fête à tous les Aphraate de nos amis !

Re: Helvella.

Posté : 07 avr. 2019, 14:23
par Bastic
Jplm a écrit :mais il y a tellement de Saint-Jean dans l'année.
Sans compter que St Jean-Baptiste, le précurseur, a la particularité d'être fêté deux fois : pour sa naissance et son martyr, car il eut la tête tranchée pour une danse, ne l' oublions pas. Plus libre que les rois, lui-aussi était comme la truite, un homme du contre-courant.

Jplm a écrit :Je me moque un peu

Jean-Pierre, ne te moque pas, j’ai vu des choses étonnantes sur les bords de l’Itonne. Et s’il me fallait vous en parler, cela dépasserait l’entendement. On dirait : il a perdu la tête à son tour.
Elle fait bouillonner l’eau en hiver, alors que les flaques sont à glace.
Les chevreuils la sautent d’un coup, de part en part, comme une flèche. Je n’ai jamais essayé.
Tenez, l’an passé, en automne, une troupe bigarrée, beaucoup moins agile, haletante, avec force paniers, qui remontait sur Paris à rebours du courant. Ils y sont parvenus.
On peut même y renommer une helvelle, sans y ajouter de cf.
L’Itonne ne cessera de m’étonner.

Re: Helvella.

Posté : 07 avr. 2019, 14:55
par Jplm
Bastic a écrit :...L’Itonne ne cessera de m’étonner.

Tu aurais dû écrire, Bastic, et tu peux encore le faire. D'ailleurs qui dit que tu ne le fais pas ?

Bastic a écrit :Tenez, l’an passé, en automne, une troupe bigarrée, beaucoup moins agile, haletante, avec force paniers, qui remontait sur Paris à rebours du courant. Ils y sont parvenus.

En revanche là je ne vois pas du tout à qui tu fais allusion...

Jplm

Re: [Helvella solitaria] Helvella.

Posté : 07 avr. 2019, 21:17
par Bastic
Jplm a écrit :Tu aurais dû écrire, Bastic, et tu peux encore le faire. D'ailleurs qui dit que tu ne le fais pas ?

Merci Jean-Pierre de goûter ce petit mot. C’est toi qui écris, sûrement, moi, eh bien non, pas particulièrement. :clindoeil:

Jplm a écrit :En revanche là je ne vois pas du tout à qui tu fais allusion...

Ha! ha ! Farçeur. :sourire:

Re: [Helvella solitaria] Helvella.

Posté : 08 avr. 2019, 13:57
par Bastic
Si, j'ai écrit un article, il y a quelques années. Je le relisais ce matin, suite aux discussions d'hier. C'était peut-être en 2014 ou 2015, après mon inscription sur champis.net. Mes frères m'avaient demandé de parler de cette belle passion qui les intriguait : les champignons. Une fois aussi, ils m'ont demandé de leur passer un diaporama des espèces merveilleuses qui peuplent les alentours. Ils n'en revenaient pas, j'avais mis le paquet.
Relisant cet article, j'y trouve ma compréhension du classement des bolets complètement dépassée. Ce n'est pas grave, ce n'est pas pour la science, et d'ailleurs, je n'ai toujours rien compris.
Je vous l'envoie : :clindoeil:

Jubilation.

Novembre.
Ce matin, à nos portes, le soleil s'est levé, les forêts sont en feu. L'automne, ce pyromane, met le feu partout où il passe.
Le Très-Haut a donné, le Très-Haut a repris. La forêt est en éruption, des débris enflammés volent dans les airs. Le vent emporte la parure du hêtre et du chêne. Cette voie de fait restera impunie.
Les géants s'en vont au pays des rêves. Ils s'endorment dans la lumière.
Cette beauté est une fin, comme la mort en est une autre, le bouquet silencieux du monde ligneux.
Un spectacle grandiose nous est offert. Battons des mains, applaudissons, qui de nous dansera dans cet incendie ?

La forêt est une cité bien remplie. Ne croyez pas y être seul. Celui qui est n'a pas pour habitude d'être mesquin. Il créé et c'est la panique.
Croyez-vous que les mycologues passent des nuits paisibles ? Leur métier est de recenser une foule, une foule de sans-papiers.

Interrogeons ce promeneur qui agrémente ses repas. Pas le mycologue, le promeneur. Il a quatre as dans son panier.
- Bonjour monsieur, quoi donc dans ce panier ?
- Du cèpe de Bordeaux, tiens !
(Clin d'oeil) Je vous le disais à l'instant ! Avoir quatre as dans son jeu, et ne croire en avoir qu'un.
Laissons le promeneur à sa joie et à ses casseroles.
Mais nous, regardons bien, analysons le panier, d'un air détaché :
Le bordelais est en surface, c'est indéniable.
Remarquez son cèpe d'été, il est véreux. Personne n'en trouve de beaux cette année.
Au fond à droite, cette robe acajou, le cèpe des pins, beaucoup plus rare.
Le foncé plus bas, un des meilleurs, le cèpe bronzé . Une limace en a fait son affaire, mais il reste de beaux morceaux.
- Il a de bons coins cet homme !
Ne nous dispersons pas.
Le mot 'cèpe' est une dénomination vernaculaire, désignant les bolets à chair blanche, ferme, douce et immuable, tous étant d'excellents comestibles. On en compte quatre principaux, trouvés par notre heureux promeneur.
Le dicton est connu : les cèpes sont des bolets, mais tous les bolets ne sont pas des cèpes.
Maintenant, dites : 'bolets', au mycologue. Il ne comprend pas. Sa science lui impose le latin. Parlez lui de Xerocomus, de Boletus, de Suillus, de Leccinum. Il se réveille progressivement, tandis que vous vous endormez.
Je n'ai fait que vous citer les quatre principaux genres formant le complexe des bolets. Mais il reste maintenant à décliner les espèces dans chaque genre.
Concentrez-vous ! Le genre, c'est le paquet de bonbons. L'espèce, c'est un des bonbons du paquet. Sapristi, j'oubliais les variétés ! Inutile, simplifions, cela gâte l'exemple.

Vous êtes perdus ? Moi aussi. Ce n'est qu'un début. Mon propos était de vous faire comprendre que dans la forêt, vous êtes dans une foule.
Celle des champignons est souterraine. C'est un peuple de l'ombre qui ne laisse voir que ses fruits.
Passons à la suite, le Bon Dieu aime les chiffres. Mycologue, compte les étoiles !

Les amanites ont mauvaise réputation. Il est vrai qu'elles comptent en leur sein quelques êtres peu recommandables. Admirez-les, mais sans vous laisser faucher par elles.
Les russules ont ceci de commun avec les papillons ; coquettes, elles aiment les couleurs.
Les cortinaires forment un pavé gigantesque qui pourrait bien vous assommer. Certains y ont gâché leur vie de couple pour un médiocre résultat. On les avait prévenus.

En mycologie, la difficulté est une constante, elle se situe au rez-de-chaussée.
Ainsi, nous avons deux constantes : la difficulté et le nombre. Autrement dit, un certain nombre de difficultés.
En disant cela, nous enfonçons une porte ouverte. Celle des cortinaires reste bien fermée.
Il se peut aussi que la porte soit blindée. Les inocybes sont préconisés pour la folie, et ils ne sont pas seuls. L'infraction nécessite alors du matériel. Le microscope était recommandé pour la détermination, il devient indispensable.
Du rez-de-chaussée, nous passons au premier étage.

On peut contempler la forêt comme l'on contemplerait la mer.
Les passants des siècles s'y sont adonnés. Certains ont eu des extases.
Ils ont écouté le vent faire chanter les colosses. Ils ont vu mille ciels traverser ces décors.  
Si d'aventure, un jour, il vous arrivait de vous égarer dans les bois, souvenez-vous, évitez la méprise. Pas d'affolement, ne croyez pas être en désert ; une ville est là qui vous entoure. Prenez votre partition et joignez-vous au tutti.
Ainsi, pèlerin en ces splendeurs, témoin de tant de merveilles, avancez dans cette fanfare silencieuse. Les anges sauront bien vous mener jusqu'à un chemin.

Re: [Helvella solitaria] Helvella.

Posté : 08 avr. 2019, 18:13
par Jplm
Et il n'écrit pas, mesdames et messieurs, qu’est-ce que ce serait s'il écrivait !

Jean-Baptiste fait de la (jolie) prose sans le savoir : son prénom fait logiquement de lui un M. Jourdain.

Jplm

Re: [Helvella solitaria] Helvella.

Posté : 08 avr. 2019, 18:20
par Nommo
Superbe !

Re: [Helvella solitaria] Helvella.

Posté : 08 avr. 2019, 21:59
par Bastic
Jplm a écrit :Jean-Baptiste fait de la (jolie) prose sans le savoir : son prénom fait logiquement de lui un M. Jourdain.


Et qui est ce Monsieur Jourdain ?
Voici : "il convient de nous rappeler de notre Monsieur Jourdain, personnage de la pièce de théâtre, le Bourgeois Gentilhomme de Molière. Celui-ci est l'archétype du nouveau riche et du sot dans toute son ampleur. Notre homme se pique de connaissances et s'offre des cours à l'effet de se rendre plus " savant". Évidemment, ses maîtres profitent sans scrupules de la bêtise légendaire de notre cher personnage".

Je te dois encore ce remerciement Jean-Pierre, car comme tu as raison, et tu prends soin de mon âme, qu’elle ne s’élève et ne se coupe de la suavité de la grâce. Nous allons devenir de vrais amis.
C’est un fait que je n’écrive pas. Toi, tu dois écrire, j’en suis sûr, et tu as de l’érudition, d’ailleurs tu nous en fais largement profiter sur champis.net. Ce n’est pas mon cas, mes connaissances sont modestes. Tu t’intéresses à tout, tu fouilles, tu sais apprécier ce qui vient des autres, j’admire. L’humilité mène à la joie parfaite. D’ailleurs, n'avons nous pas tout reçu ?

Re: [Helvella solitaria] Helvella.

Posté : 08 avr. 2019, 23:32
par Jplm
Holà ! Je ne parlais de M. Jourdain que pour dire que tu ne savais pas que tu faisais de la prose (acte II, scène 6) et pour faire un piètre jeu de mot sur la rivière de Jean le Baptiste, pas pour te traiter de sot ou de fat.

Ok, tu n'écris pas, moi non plus d'ailleurs car depuis bien longtemps j'ai compris qu'entre "avoir un joli brin de plume", comme on disait, et se croire écrivain il y a un monde - et qu'avant de vouloir écrire il faut se demander si on a quelque chose à dire.

Jplm

Re: [Helvella solitaria] Helvella.

Posté : 09 avr. 2019, 14:05
par Bastic
J'ai commandé des pantoufles et un bonnet de nuit. :clindoeil: :clindoeil: